Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carter-Williams, des débuts "Magic"?

par Axel Nodinot 11 Novembre 2013, 12:15 NBA

"MCW" est l'auteur d'un début de saison exceptionnel.

"MCW" est l'auteur d'un début de saison exceptionnel.

Je viens de finir de regarder le gars qui je pense sera rookie de l'année, Michael Carter-Williams des 76ers.

Magic Johnson

Pour l'instant, la légende vivante des Lakers ne s'est pas trompée. Outre ce premier match qui a vu la naissance de Michael-Carter Williams en NBA, c'est la performance de celui-ci qui a poussé Magic Johnson à tweeter son sentiment. 22 points, 7 rebonds, 12 passes et 9 interceptions (record de balles volées pour un premier match), autant dire que le jeune meneur débarquant de Syracuse aurait presque pu marquer l'histoire d'un quadruple-double, qui plus est contre le champion en titre Miami! Et ce n'était pas un coup d'éclat. Le rookie a en effet réédité de très belles performances contre Washington, Chicago, Golden State ou encore Cleveland, club contre lequel il a encore inscrit une ligne de stats retentissante: 21 points, 7 rebonds, 13 passes et 2 interceptions. Alors Michael-Carter Williams peut-il être la très bonne surprise de cette saison NBA?

Des performances exceptionnelles pour un rookie

Carter-Williams est donc un nouveau visage du championnat roi, fraîchement arrivé de l'Orange de Syracuse. Après une première saison médiocre (3 points et 2 passes pour 10 minutes de jeu en moyenne), la campagne 2012-2013 le révéla aux yeux de la NCAA: avec 11 points pour 35 minutes en moyenne, MCW réalisa 292 assists et 111 interceptions au total, constituant deux records nationaux. Ce furent donc les 76ers de Philadelphie qui, au 11ème pick, s'attribuèrent le meneur de 1,98m. Et ce 11ème choix s'avère actuellement être une excellente affaire. On peut par exemple faire un parallèle avec le choix numéro 1 de la draft 2013, le Canadien Anthony Bennett, récupéré par Cleveland. Ses débuts désastreux (5 points, 18 rebonds et 1 passe depuis le début de la saison) reflètent encore une fois le caractère aléatoire de la draft.

Mais revenons à Michael Carter-Williams. Après son show face au Heat de LeBron James qui lui valut les louanges de Magic Johnson, le numéro 1 de Philly n'avait pas dévoilé tous ses tours. En effet, il livra encore une belle ligne de stats contre les Wizards de Washington (26 pts, 4 rebonds, 10 assists et 3 interceptions), avant de réaliser un deuxième double-double, et cette fois-ci contre Chicago (26, 4, 10, 3). Ces performances lui permirent, cerise sur le gâteau, d'être élu meilleur joueur de la (première) semaine de la conférence Est, aux côtés de Kevin Love, le joueur omniprésent des Timberwolves de Minnesota, pour l'Ouest. Le fait qu'un rookie soit élu premier joueur de la semaine constitue là aussi un exploit. C'est en 1992 qu'il faut en effet revenir pour assister à un tel événement, avec comme acteur principal une autre légende vivante, Shaquille O'Neal. A l'heure actuelle, Carter-Williams possède une moyenne de 18,7 points, 5,9 rebonds, 8,1 passes et 2,6 interceptions, ce qui en fait le troisième meilleur intercepteur de la ligue, derrière Ricky Rubio et Chris Paul.

L'apport de Carter-Williams aux 76ers

Au-delà de ces statistiques impressionnantes et évidemment salvatrices pour Philadelphie, l'athlétique meneur de 83kgs se montre précieux dans le développement du jeu des 76ers comme dans l'organisation défensive de la franchise. Aux côtés de Thaddeus Young, James Anderson, le très bon Evan Turner et l'excellent pivot Spencer Hawes aux moyennes de double-double, MCW, s'il continue d'ensoleiller la Philly, pourrait offrir de beaux lendemains à la franchise de Pennsylvanie. Le meneur de 22 ans sait ouvrir les perspectives de jeu de son équipe, transformer chaque action en offrant de nombreuses passes et en débloquant beaucoup de situations, tout en frôlant le triple-double à quasiment chaque match. On peut aussi juger le rookie sur ses duels contre les meneurs qu'il a déjà rencontré. L'exemple le plus éloquent serait son opposition face au toujours plus impressionnant Stephen Curry. Le warrior de Golden State, auteur d'un incroyable triple-double contre Philly (18 points, 10 rebonds, 12 passes et 5 interceptions) a pu apprécier l'élève des 76ers (18 points, 6 rebonds, 4 passes). Carter-Williams a notamment éteint Derrick Rose face aux Bulls (13 points, 4 rebonds, 6 passes), avant de tomber sur un Kyrie Irving juste chaud pour leur première rencontre (10, 3, 9) mais "on fire" pour le second match de rang face aux Cavaliers (39, 5, 12!).

Michael Carter-Williams a donc déjà prouvé qu'il était indispensable à Philadelphie et ses lignes de stats seront sans doute fréquemment commentées tout au long de la saison. On peut même se demander si les Sixers peuvent croire aux playoffs, bien que l'intensité de la conférence Est oblige chaque franchise à performer continuellement et sans répit. De plus, le roster de Philly n'est pas assez fourni qualitativement pour espérer rivaliser avec les gros calibres de l'Est. Qu'importe, tant que Michael Carter-Williams illuminera les yeux des spectateurs par sa magie.

Les débuts en fanfare de Michael Carter-Williams face au Heat de Miami.

commentaires

Haut de page